Depuis déjà plusieurs semaines, les enfants et les jeunes sont de retour dans les rues de la capitale du Haut-Katanga. Le père Éric Meert est en charge de la maison Bakanja Ville et coordinateur du réseau des Œuvres maman Marguerite. . Il a contacté la rédaction de Buzzz Magazine afin de sensibiliser le Gouvernement Provincial et le grand public.

Buzzz Magazine: Pouvez-vous présenter la maison Bakanja Ville ?

Père Éric Meert: BAKANJA VILLE est un centre de réinsertion socio-familial des enfants dits «Enfant de la rue». Nous sommes la porte d’entrée du réseau « ŒUVRE MAMAN MARGUERITE » qui comporte 14 maisons oeuvrant tous dans le même cadre avec des spécifcités différentes.

Tous les enfants de la rue de 3 à 18 ans dans le besoin peuvent frapper à notre porte pour se laver, nettoyer leurs vêtements, prendre un repas, recevoir une formation d’alphabétisation et apprendre un métier.

Quelles sont les causes majeures du phénomène enfant de la rue à Lubumbashi?

Il y en a beaucoup, mais nous citerons les 3 causes majeures, qui sont la pauvreté, les familles recomposées avec les divorces et autres problèmes familiaux. Et aussi l’hyper activité des enfants ou des cas d’anomalie appelés communément «Sorcellerie »

Depuis quelques mois nous constatons une augmentation des enfants dans les rues de Lubumbashi, est-ce lié aux cas que vous venez d’énumérer ? 

J’y ajouterais deux autres raisons très importantes. D’abord LA COMPASSION DES AUTOMOBILISTES LUSHOIS! L’aide que reçoivent ces enfants sur la rue, les pousse à ne plus rentrer dans leur foyer, voir même à encourager leurs autres amis à les rejoindre dans la rue. Et lorsque nous approchons ces automobilistes pour leur prodiguer des conseils sur la meilleure manière d’aider ces enfants, ils nous disent : « Je fais ce que je veux de mon argent » et pourtant cette aide qu’ils souhaitent apporter aux enfants n’est pas utilisée à bon escient! Cet argent sert très souvent aux enfants à acheter des drogues comme le chanvre, l’alcool, la colle mélangée à de l’essence, etc. L’autre raison est due, également, au mouvement migratoire des personnes qui viennent de localités qui étaient reculées et inaccessibles autrefois, mais qui aujourd’hui, grâce au développement du circuit routier, ont accès à la ville de Lubumbashi pour améliorer leur condition de vie.

Bakanja2Comment les lecteurs de BUZZZ Magazine peuvent-ils vous aider ? 

Apportez votre soutien en temps, en espèce et en nature dans les différents centres de réinsertions socio-familiales structurés que vous connaissez et non aux enfants sur la rue. Nous invitons le Gouverneur et le gouvernement provincial du Haut-Katanga à nous venir en aide car nous avons cruellement besoin de votre soutien et de celui du Gouvernement Provincial pour prendre en charge cette jeunesse défavorisée. Et vous qui êtes patrons de sociétés, nous vous invitons à nous prêter main-forte, car nos besoins fnanciers sont largement au-dessus de nos ressources mensuelles.

Ceci nous concerne tous!


Contacts

N°683 AV ; Njamena Q/ Makutano C/ Lubumbashi

Père Eric Meert : Responsable de la maison Bakanja ville et coordinateur du réseau des Œuvres maman Marguerite.

Mr Emile Kalombo : Assistant social criminologue chargé de l’administration et relation avec les services étatiques

Frère Simeon Ndirahisha : Assistant social et sociologue chargé de la sensibilisation des sur la rue et de l’écoute

Mr Ali Bingi : Assistant social et éducateur spécialisé en éducation à la paix chargé de formation courte de petits métiers et médiation familiale


Événements à Venir

Aucun évènement dans le calendrier
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Nous et Facebook (2)