Présentez votre entreprise et votre projet

Je suis Laetitia Lukusa Kabanga, entrepreneur et fondatrice de Laekab cosmetics. C’est une marque de cosmétiques crée en 2016. Laekab cosmetics est une partie de la marque Laekab. Nous proposons des produits de maquillage et d’entretien pour la peau. 

Comment vous représentez-vous « le monde d’après » ?

Le monde après la pandémie sera difficile pour beaucoup d’entrepreneurs et business ça c’est certain. Mais il faut savoir s’adapter aux situations et trouver des solutions, et construire ce nouveau monde ensemble d’une manière plus solidaire. Étant donné que c’est une situation nouvelle, cela nous prendra certainement un certain temps pour trouver les repères et il faudra foncer et avancer.

Comment comptez-vous ou  votre entreprise y contribuer ? 

Depuis sa création, notre business est pour la plupart dirigé en ligne et partiellement en boutique. Cette stratégie nous a aidé durant la pandémie parce qu’on était toujours opérationnel. Il y avait une petite difficulté au niveau de la livraison qui prenait plus du temps. Mon apport serait d’encourager le système à travailler à partir de la maison quand c’est possible. Comme par exemple les personnes en charge de nos pages sur les réseaux sociaux, ils n’ont pas besoin de se déplacer. Ils travaillent à partir de partout. Nous espérons que dans le futur on aura assez de fond pour créer des emplois qui permettront au personnel de travailler à partir de la maison.

Propos recueillis par Jennifer Okito

WhatsApp Image 2020 08 07 at 14.24.05 2     WhatsApp Image 2020 08 07 at 14.48.32

Buzzz Magazine  : Bonjour, Gloria Tumbwe, peux-tu te présenter ? 

Gloria Tumbwe  : Je m’appelle Gloria TUMBWE, je suis congolaise, lushoise. Designer graphique de formation je travaille dans le marketing digital et je dirige le réseau Kati Yetu Meeting qui est un réseau d’entreprises locales et une plateforme de publicité digitale. 

À quoi va ressembler ton «  monde d’après » ?

Pour moi, le monde d’après, c’est la jeunesse. Les jeunes devraient s’investir dans l’entrepreneuriat, ne pas seulement créer des entreprises, mais bien les gérer, les faire prospérer. Et surtout créer un réseau solidaire pour mutualiste nos forces, nos opportunités de réussite. Avec le réseau Kati Yetu Meeting, nous appliquons la méthode des fourmis, nous travaillons dans l’union pour nous propulser les uns les autres, chaque entreprise apporte son aide pour l’évolution des autres. 

Comment comptes-tu contribuer à ce monde ?

Pour commencer, je fais de mon mieux pour investir dans mon domaine de prédilection, c’est-à-dire le design graphique. Je mets mes talents de designer graphique au service du réseau Kati Yetu Meeting, dans le but de développer plusieurs produits qui faciliteront la vie aux entreprises locales.

Expliques-nous  comment fonctionne ton business ?

Kati Yetu Meeting s’organise de façon à réunir ses membres au cours des dîners, pour créer un réseau    et échanger des informations sur nos métiers, nos savoirfaire. En plus, le réseau offre des services de publicité sous forme d’affiches, il facilite aussi la passation des marchés entre membres du réseau.

Interview réalisée par @Shikuchannel pour Buzzz Magazine

Bonjour The Carpe Diem Team , présentez-vous à nos lecteurs 

À    la différence des autres nous sommes un team: THE CARPE DIEM. Il y a   Onesime Nasibu,  Joyce Kamana et Grady Mindanga. Nous avons tous la même vision et les mêmes exigences qualitatives pour satisfaire notre clientèle. Le fait d’être un team est notre force. Il y a  quelques mois, nous avons pensé puis conçu le Foodtruck de Lubumbashi qui est un restaurant ambulant sous le concept «La Dolce Vita ». L’idée est de faciliter la vie des Lushois et les aider à consommer à moindre coût et rapidement . Nous leur concoctons de    bons repas bien solides pour leur permettre  de tenir toute une journée.

Votre « Monde d’après » ressemblera à quoi ? 

Inspirer  les jeunes entrepreneurs capables d’innover, que nous participions tous à changer le monde grâce à nos idées, notre volonté, et une discipline de fer peut participer à ce changement. Mais aussi contribuer à la réduction du taux de chômage grâce à l’industrie de la restauration. Dans ce métier, on peut  créer des petits jobs pour tous ces jeunes qui n’ont pas de formation et leur permettre de réussir s’ils sont  passionnés par le métier. Et aussi leur    éviter bien des souffrances alors qu’ils ont fait des    démarches pour envoyer des  CV qui restent sans réponse…

Notre vision de promouvoir toutes les cultures gastronomiques    dans le pays et créer un paysage nouveau à travers la cuisine. Nous projetons d’avoir des Food truck qui circuleront dans toutes les villes de  la RDC… Nous avons également le projet d’organiser des «  events  » pour animer la ville. Un autre projet qui nous préoccupe est la création d’une OGN pour les orphelins et enfants de la rue. Par la restauration, la gastronomie et la convivialité, on peut arriver à associer une population à des projets pour la communauté. 

Comment comptez-vous contribuer à ce monde ? 

« Give back to the community ». À travers ce projet nous pouvons faire voyager les Congolais dans tout le pays grâce à la gastronomie. C’est aussi une ouverture vers l’extérieur et ici nous sommes curieux. C’est notre objectif.

Comment  fonctionne La Dolce Vita ?

Pour le moment nous sommes basés à Lubumbashi. La Dolce Vita organise des événements et des festivals d’art et de gastronomie en plein air . Le food truck  circule dans toute la ville et stationne à des endroits précis et différents à chaque fois. Le Food Truck propose également du catering pour les mariages et d’autres événements. Bientôt le Food Truck ira plus loin, on le verra  à Kipushi, Kolwezi, Likasi. Nous serons également à Kinshasa dans un avenir proche.

@Ladocevita.club

IMG 8972 Copier

Buzzz Magazine: Pouvez vous présentez votre entreprise/projet ? Régine Ntale:

J’ai une petite pépinière qui se situe au golf et où je vend des plantes à caractère spécial: des arbres à caractère écologique et des arbres qui sont rares ici mais qui pourtant poussent. Je cultive également des plantes médicinales, des aromates et même des fleurs qui ont un caractère médicinal. J’ai également une grande variété de tisanes locales.

Que représente « le monde d’après » pour vous ?

Dans le monde d’après, j’espère que les choses vont changer et que les jeunes de maintenant vont également s’orienter vers la nature, vers l’agriculture et ne pas se focaliser que sur des domaines qui les rendent individualistes et égoïstes. Je serai heureuse de voir qu’un jour l’agriculture locale prospère et qu’on en arrive même à la transformation qui un domaine très rentable. Et surtout favoriser des circuits de production et de consommation courts.

Comment comptez vous contribuer à ce monde ?

Je pense que j’y contribue déjà avec mon entreprise parce que j’essaie de faire connaitre des plantes à caractère médicinal qui sont à portée de tous et qui peuvent permettre de guérir plusieurs maladies en évitant de prendre des médicaments de pharmacie ou de production chimique qui sont souvent d’origine suspecte, ou alors qui provoquent des effets secondaires incroyables. Je suis vraiment contente parce que maintenant les personnes qui viennent visiter la pépinière sont très heureuse et reviennent souvent. Maintenant elles savent que des plantes qui au premier abord semblent banales qui poussent un peu partout-comme la citronelle par exemple-ont de multiples vertus pour la santé.

Propos recueillis par @BrigitteMbaz pour Buzzz Magazine

bonnie kittle UF39VlsLHgc unsplash Copier

 

Présentez votre entreprise et votre projet

Agrokivu est une jeune startup qui connecte les agriculteurs locaux aux acheteurs nationaux et internationaux. Mais qui promet aussi la production locale et redore l’image de l’agriculture congolaise surtout auprès de la jeunesse.

Comment vous représentez-vous « le monde d’après » ?

Étant donné la crise sanitaire qui a affecté toute la planète, nous pensons que le monde d’après sera fait à la fois d’opportunités, mais aussi de beaucoup d’incertitudes. Avec la récession que nous subissons, les gens seront contraints d’entreprendre. Il va falloir alors être solidaire et trouver des solutions proches de nos, de nos lieux de vie et de consommation.

Comment comptez-vous, vous ou votre entreprise y contribuer ? 

Pour apporter notre pierre de la reconstruction de ce monde d’après nous comptons multiplier nos efforts afin d’inciter plus de jeunes à se lancer en agriculture, à équiper les agriculteurs locaux pour produire plus, en moins de temps et surtout des produits de qualité. Se nourrir est une priorité, bien  nourrir les consommateurs notre objectif.

Propos recueillis par Jennifer Okito

CONTACT 0822 519 151

WhatsApp Image 2020 08 12 at 07.45.34 1

27356299 1429173263876448 7357709696429854840 o

Sous-catégories

Show more post

Événements à Venir

Aucun évènement dans le calendrier
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Nous et Facebook (2)